Focus sur … Mia Hansen-Løve

Pour célébrer la journée internationale des droits des femmes (le 8 mars), l'Institut français de Lettonie vous propose, à partir du lundi 22 février, un cycle de cinéma en streaming sur le thème du « Cinéma au féminin » avec quatre talentueuses réalisatrices françaises. Parmi ces réalisatrices, figure Mia Hansen-Løve avec son premier long métrage : « Tout est pardonné », qui aborde le thème de la séparation, le couple qui se déchire, la parentalité perdue et retrouvée.

La rencontre entre Mia Hansen-Love et le cinéma – qui pour elle est la seule manière d'être heureuse - s’est d’abord faite à travers le métier d’actrice quand, à la fin des années 90 et au début des années 2000, elle apparait dans deux films du réalisateur Olivier Assayas. Elle tourne vite le dos à cette première carrière pour devenir critique de cinéma en effectuant un passage rapide au sein de la rédaction des prestigieux « Cahiers du cinéma ». Mais c’est la mise en scène qui la tente et elle tourne son premier court-métrage à 26 ans en 2004 avant de réaliser en 2007, son premier long-métrage très remarqué « Tout est pardonné », qui lui vaut notamment le prix Louis-Delluc de la première œuvre.

Elle enchaîne ensuite avec « Le père de mes enfants » (2009) récompensé à Cannes, « Un amour de jeunesse » (2010) et « Eden » (2014). En 2016, « L'Avenir », qui met en scène Isabelle Huppert dans le rôle d’une prof de philo qui doit réinventer sa vie après son divorce, est récompensé de l'Ours d'argent de la meilleure réalisatrice lors du festival de la Berlinale. Suit « Maya » (2018) ou la reconstruction en Inde d’un reporter meurtri.

Dans les films de Mia Hansen-Løve, des motifs reviennent de façon récurrentes : la mémoire familiale (elle s’est inspirée de sa propre histoire ou de celle de ses proches pour nombre de ses films : « Un amour de jeunesse » qui transpose ses tourments de jeune femme amoureuse, « Eden » qui revient sur le parcours de son frère, DJ de la toute naissante French Touch qui trébuche en pleine ascension, « L’avenir » où elle se confronte à la séparation de ses parents), la jeunesse et la vie qui passe, les souvenirs qui se perdent, la difficulté de se reconstruire et la renaissance nécessaire.

Pour son dernier film, « Bergman island », un mélodrame surnaturel qui doit sortir prochainement sur les écrans français et internationaux, la réalisatrice, qui se définit comme une cinéaste exploratrice, change encore d’univers pour filmer l’histoire d’un couple de cinéastes qui s'installe pour écrire, le temps d'un été, sur l’île suédoise de Fårö, où vécut Bergman. À mesure que leurs scénarios respectifs avancent, et au contact des paysages sauvages de l’île, la frontière entre fiction et réalité se brouille…

Si vous souhaitez découvrir le cinéma de Mia Hansen-Løve, passez à la médiathèque de l’Institut pour emprunter l’un de ses films !

Le drame « Tout est pardonné » est à découvrir gratuitement en streaming du 22 février au 8 mars sur la plateforme « IF cinéma à la carte » .

Comments

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *